3 aliments à modérer pour l’harmonie des cycles

Les rythmes naturels qui jalonnent la vie de la femme ne devraient pas s’accompagner de déséquilibres, signes gênants, douleurs, qu’ils soient physiques ou psychologiques.

En naturopathie, pour retrouver la maîtrise de notre corps et nous harmoniser avec nous-même, nous utilisons différentes techniques. Parmi elles il a bien sûr l’alimentation qui est fondamentale, et je vous propose ici trois clés qui amènent indéniablement un meilleur confort.

Lorsque l’on parle d’harmonie au féminin on pense tout naturellement aux hormones. Elles conditionnent en effet tout notre être mais cet équilibre est sensible et peut être déstabilisé par de nombreux facteurs : environnement, alimentation, pollution ainsi que pensées, stress et émotions.

Il faut savoir que les hormones circulent dans le sang et si celui-ci est chargé en toxines, entravé dans sa circulation par des surcharges, les hormones ralenties auront des difficultés à rejoindre leur cible et libérer leurs informations. Ces mêmes surcharges, si elles sont mal éliminées par nos émonctoires ( intestins, reins, peau, poumons) peuvent s’immiscer au niveau du ventre et de la sphère génitale. Cette congestion entraine de mauvais échanges, un ralentissement des fonctions, oblige la voie vaginale à fonctionner comme un émonctoire par des pertes abondantes par exemple. C’est ainsi que les toxines interviennent dans les déséquilibres et que des signes inconfortables peuvent être ressentis à tout moment du cycle menstruel ainsi que lors de la préménopause et ménopause.

« Des règles faciles, peu abondantes et courtes sont signes d’une excellente vitalité.”PV. Marchesseau

Retrouver une bonne circulation et décongestionner le bas ventre en diminuant les surcharges est une bonne stratégie à mettre en place car elle pose les fondements d’un terrain plus sain.

Trois catégories d’aliments sont à surveiller :

Les céréales à gluten
Les excès de céréales, en particulier celles qui contiennent du gluten, ont tendance à entretenir un terrain inflammatoire et génèrent des déchets qui amènent un sang plus épais. Ces surcharges peuvent se manifester par des écoulements, comme des mucosités au niveau des voies respiratoires mais aussi vaginales ce qui est un signe de trop plein. Les jambes lourdes (le sang plus épais a du mal a effectuer la circulation de retour en raison de l’apesanteur) sont aussi reliées à ce phénomène.

>Baisser ou même éliminer :  pain, pâtes, gâteaux, viennoiseries, biscottes…
>Vous pouvez les remplacer par des féculents doux : pomme de terre, courge, châtaignes, ou encore céréales sans gluten type quinoa, sarrasin, biscottes sans gluten

Le sucre industriel
Considéré comme un dévitalisant par les naturopathes, il n’apporte aucun nutriment, au contraire il affaiblit et déséquilibre l’ensemble de notre organisme et crée des carences. Les sucres raffinés provoquent des hypoglycémies impliquées dans nos changements d’humeur, comme l’énervement soudain, angoisse, abattement sans raison, et entretient les envies de grignoter, les pulsions pour les aliments sucrés … Ils participent aux troubles des cycles car il est très acidifiant ce qui peut entraîner également des états inflammatoires. Le sucre est de plus reconnu pour influencer directement le système hormonal.

>Eliminez le plus possible les sucres industriels
>Si vous avez du mal à vous passer de sucre, tournez-vous vers les équivalents en bio les moins raffinés possibles : miel, sucre de canne complet, agave…
>Attention aux sucres dans les viennoiseries, gâteaux, chocolat….
>Privilégiez pour les envies de sucre : fruits frais, fruits secs ( n’hésitez pas à les réhydrater)

“La normalisation des règles, autant en fréquence en durée qu’en intensité, suit toujours celle des fonctions hépatiques » R. Dextreit

Les produits laitiers
D’origines industrielles, ou même bio mais pris en excès, ils créent des surcharges qui entretiennent également un terrain inflammatoire et génèrent (comme le gluten et les excès de féculents) des mucosités. Par ailleurs il convient de prendre en compte que les laits animaux contiennent les hormones de croissance naturelles de l’animal.

>Evitez complètement les produits laitiers type desserts lactés sucrés, les fromages industriels
>Evitez le lait à boire qui est mal digéré
>Si vous souhaitez garder des yaourts choisissez des marques bio sans poudre de lait ajoutée et sans homogénéisation (Gaborit) natures, à base de lait de chèvre ou brebis si possible .
>Les fromages au lait cru type crottin de chèvre ou brebis ( rayon traiteur ou fromager) sont les plus appropriés.

En baissant ces  trois catégories d’ aliments, on limite le taux de toxines dans le corps. Il convient bien sûr de favoriser chaque jour en échange les fruits et légumes frais et bio, les jus de légume, les graines germées qui fluidifient le sang et amènent des nutriments et micro nutriments bénéfiques à l’équilibre hormonal.

=> Notez de plus que baisser les produits industriels et consommer bio et brut limite également les additifs divers, les emballages plastiques, dont certains sont reconnus comme perturbateurs endocriniens, ce qui est un autre bénéfice vraiment pas négligeable.

Des aliments qui génèrent moins de toxines c’est bien mais si les émonctoires éliminent mal (intestins, peau, reins, poumons) il faudrait aussi veiller à les relancer.
>Pruneaux trempés>pour le transit
>Bouillotte qui permet au foie et intestins de mieux fonctionner et décongestionne le bas ventre
>Tisanes à alterner pour l’élimination rénale
>Bains chauds, (avec un jet froid sur les jambes si la circulation est déséquilibrée) pour la peau
>Frictions douces au gant de crin ou à la brosse régulièrement là encore pour réactiver la peau (une peau « fermée » accentue les bouffées de chaleur par exemple)
>Respirations profondes sans la nature qui ont l’effet trop peu connu de recharger en énergie vital nos glandes endocrines

Ces restrictions alimentaires peuvent être testées sur plusieurs semaines : essayer d’éliminer le blé et ne garder que quelques féculents doux, le sucre industriel à remplacer par du miel et des fruits déshydratés, des compotes en dessert, et les produits laitiers industriels, pour ne garder que des crottins chèvre ou brebis crus et observer les effets.

Ces informations ne remplacent pas l’avis d’un professionnel de santé.

Bibliographie

  • Le système circulatoire PV. Marchesseau
  • Le mal du sucre D. Starenkyj
  • Soulager l’endométriose S.Mezerai S.Pensa
  • Changez d’alimentation Pr.Joyeux
  • Le régime Hormone T.Herthoghe M.Enrico
  • Guérison du corps Gaie raison du coeur F. Collins

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.