PRENDRE SOIN DE SES VOIES RESPIRATOIRES

Pour les naturopathes, nos déséquilibres et nos symptômes proviennent de toxines/déchets mal
éliminés qui engorgent notre organisme. L’encombrement des voies respiratoires n’échappe pas à cette règle. Les mucosités, colles et autres crachats en trop, suivent une voie qui s’avère être en fait une sortie de secours. Car dans le cas d’un bon équilibre vital, ces surcharges sont traitées par le couple foie/intestin et n’engorgent pas le reste du corps. Sauf qu’ici, les voies digestives sont saturées, un peu comme un tuyau bouché qui déborderait. Le corps cherche alors à éliminer par d’autres moyens, et dans la situation présente c’est l’arbre respiratoire qui prend le relais (nez qui coule par exemple).

Pourquoi les troubles respiratoires sont plus fréquents en hiver ?

=>On mange davantage : de féculents (pomme de terre, pâtes, pain, viennoiseries…) et plus riche, notamment en période de fête avec plus de fromage par exemple. Or ce sont précisément ces aliments qui génèrent les déchets que l’on appelle « colles » ou mucosités.
=>Le froid freine le travail du foie et du transit : les deux ont besoin de chaleur pour bien fonctionner, les éliminations sont donc ralenties alors même que l’on mange davantage.
=>Baisse de vitalité : elle est liée au manque d’oxygénation, d’ensoleillement et à la baisse d’activité physique, le corps a donc moins de force vitale pour se régénérer.
=>Manque d’aération : en hiver on ouvre moins les fenêtres et l’on sort peu, alors qu’une atmosphère pure et renouvelée constitue déjà une première barrière de défense.

Comment préserver les poumons et les voies respiratoires

Le rôle des poumons
Evidemment ils apportent l’oxygène au sang, mais ils font bien plus que cela pour le naturopathe :
>La respiration a une vraie fonction de nutrition avec l’oxygène bien sûr, mais aussi avec d’autres éléments présents dans l’atmosphère que les poumons sont capables d’assimiler.
>Ils ont un rôle émonctoriel dont on parle moins.Même si tout le monde sait que les poumons éliminent le co2, ils excrètent également d’autres gaz, des métaux lourds, poussières, polluants, acides gras oxydés, alcool. En revanche ils ne devraient pas avoir à prendre en charge les mucosités signe de trop-plein.
>Enfin, les poumons sont aussi de grands capteurs d’énergie vitale, cette force de vie qui permet la régénération du corps.

Ce qui affaiblit les poumons
=>La sédentarité
=>Les aliments « à colle » : les céréales, les légumineuses, les excès de produits laitiers, les laitages industriels, les sucres industriels, les aliments très gras (charcuterie)
=>Les logements peu ventilés et humides
=>Les dévitalisants : tabac, alcool
=>Les zones urbaines et polluées

Les conseils pour renforcer ses voies respiratoires 

Alimentation
>Réduire, voir éliminer quelques temps les aliments contenant du gluten : blé, avoine, orge seigle, que ce soit sous forme de pain, céréales, biscuits, pâtes, complet ou pas
>Réduire, voir éliminer les légumineuses : pois chiche, lentilles, haricots secs, soja…
>Baisser les rations de céréales, choisir plutôt celles qui sont sans gluten : riz, millet, sarrasin, quinoa, biscottes sans gluten, mais en quantité limitée
>Privilégier dans la catégorie féculents, les légumes qui restent les plus digestes : pomme de terre, courge, châtaigne, panais, patate douce…
>Réduire ou éliminer selon les cas, quelques temps, les produits laitiers
> Favoriser les légumes crus/cuits, les fruits frais, les compotes, riches en vitamines,
micronutriments protecteurs, et fibres, ils sont aussi et surtout très digestes, et activent naturellement les éliminations

Pommes vapeur

Exemple de menu :
• Crudités (salade verte, carottes râpées etc. maison)
• Légumes cuits : chou-fleur, panais, carottes, courgettes, poireaux…
• Un féculent doux (facultatif selon les besoins, la vitalité, les signes, la faim) : potimarron ou pomme de terre à l’eau ou quinoa ou riz (en très petite quantité)
• Protéine au choix : œuf ou poisson ou blanc de volaille ou protéine végétale pour les végans
• Compote sans sucre ou pomme cuite
• Assaisonnement et cuisson : huile d’olive, sel complet, vinaigre de cidre non pasteurisé

En cas de fragilité, moins il y aura de féculents et produits laitiers mieux ce sera, à ajuster selon les cas sur un ou plusieurs jours.

Eliminations
Il convient donc de veiller à avoir de bonnes éliminations intestinales pour éviter l’effet « dérivation » par les voies respiratoires. Pour les activer plusieurs méthodes :
>La bouillotte d’eau chaude : elle augmente la filtration du foie et sollicite de manière douce, naturelle et très agréable l’activité intestinale. A appliquer dès que l’on a froid, après les repas, au coucher …
>De l’exercice physique régulier ciblé sur les abdominaux : c’est une méthode fondamentale puisque en remusclant, on rééduque toutes les fonctions digestives en profondeur et durablement
>Le jus ou gel d’aloé véra à boire : il active la digestion et les éliminations en douceur
>Le psyllium blond : il augmente le volume et la fréquence des éliminations, très doux également, à prendre avec beaucoup d’eau

En 1932 nos grand-mères avaient beaucoup d’astuces pour rester en forme !

Développement de l’arbre respiratoire
>Pour optimiser tous les échanges et pour préserver les voies respiratoires il est nécessaire que toutes les parties des poumons soient sollicitées. Pour cela il est conseillé de ventiler tout l’appareil par des essoufflements réguliers. On les obtient par la marche rapide, de la course ou du vélo par exemple, à adapter bien entendu très progressivement en fonction des capacités de chacun.
>Parallèlement il est conseiller de développer, d’ouvrir la cage thoracique par de la musculation ciblée.
>Enfin des exercices respiratoires réguliers avec des rétentions pleines et vides complètent cette hygiène de la respiration.
>Idéalement ces exercices devraient s’exécuter au grand-air dans des zones oxygénées et éloignées de toute pollution.

Quelques plantes et soutiens pour l’hiver

Pour terminer, j’ajoute quelques soutiens pour la période hivernale. Mais vous l’avez compris, l’alimentation et de bonnes éliminations restent la base pour rééquilibrer en profondeur.

Les Huiles essentielles *

Revitalisantes, négativantes, assainissante elles sont à ce titre particulièrement intéressantes lorsque l’on aère peu les lieux ou lorsque l’on vit en ville. Antibactériennes, antivirales, antifongiques, elles purifient l’environnement et renforcent le terrain. Les plus adaptées pour l’hiver par leurs propriétés libératrices des voies respiratoires et renfort des défenses sont : Ravintsara, Pin Sylvestre, Eucalytus Radiata, Niaouli (mais il y en a beaucoup d’autres).
Comment les utiliser ?
>En diffusion avec un diffuseur électrique
>Quelques gouttes dans un bol d’eau chaude pour une diffusion douce
>1 goutte à respirer sur un mouchoir (eucalyptus radiata ou ravintsara)
>En massage, en diluant largement 1 goutte dans de l’huile végétale à appliquer sur le thorax ou le haut du dos

*Les HE ont de nombreuses contre-indications, notamment pour les asthmatiques, les enfants, femmes enceintes. Vérifiez bien les précautions d’emploi du fabricant et les consignes d’utilisation.

La propolis* :

Cette résine élaborée par les abeilles constitue la barrière de protection de la ruche : propolis en latin signifie « défense de la cité ». Ce qu’elle fait pour les abeilles, elle le fait pour l’homme en renforçant ses défenses naturelles.
La propolis est antiseptique, antimicrobienne, antifongique, antioxydante, et anti–inflammatoire. Elle a une action bénéfique sur les défenses naturelle et sur le système respiratoire.
Choisissez-la de qualité bio bien sûr, sous forme d’extrait pour une cure, ou spray pour une action plus localisée. Plus la formule est simple mieux c’est (2/3 ingrédients max inscrits sur la boite). Vous pouvez vous tourner vers les marques Ballot-Flurin, Aprolis ou Herbal gem ( ce dernier a des compositions plus larges avec des plantes et huiles essentielles mais c’est vraiment très bien).

L’Echinacea*

L’Echinacea purpurea, est une plante médicinale originaire d’Amérique du Nord. Dans les années 50, Alfred Vogel naturopathe et herboriste suisse, lors d’un voyage, se lia d’amitié avec un chef indien qui lui offrit des graines de cette précieuse fleur. Il les rapporta avec lui et c’est ainsi que l’échinacea devint une plante cultivée en Europe.
Les qualités de l’échinacéa sont aujourd’hui reconnues par des études scientifiques. C’est la plante reine pour soutenir le système immunitaire et les défenses naturelles, et elle est devenue très populaire au fil des années. A l’approche de l’hiver ou aux premiers signes de refroidissement, elle renforce les réponses du corps.
La marque Vogel que j’affectionne particulièrement la décline sous différentes formes et pour toute la famille.

 

Bibliographie:

  • Maladie des poumons Marchesseau
  • Manuel de détoxication Vasey
  • Traitement naturel des affections respiratoires Passebecq
  • Technique par les gaz Cours Marchesseau

 

 

>Les Compléments alimentaires et les huiles essentielles ont des contre-indications alors conformez-vous bien aux indications des fabricants. Ces conseils ne se substituent à l’avis d’un professionnel de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.